dimanche 7 novembre 2010

Elections en Grèce, les urnes sont fermées

Aujourd'hui 9.809.177 électeurs, dont 112.552 pour la première fois, dont 14.961 sont des citoyens de l'Union européenne, 9.559 sont  immigrés où  expatriés qui ont récemment acquis le droit de participer aux élections, ont été invités à voter pour élire 325 maires et 13 préfets de Grèce.

Sur les près de 15.000 citoyens de l'UE, dont je fais partie, je suis allée moi aussi voter pour ma commune. Ce n'est pas la première fois d'ailleurs. Je suis inscrite depuis 1994, date à laquelle nous avons le droit en tant que citoyen européen de voter pour le pays de résidence.

Cette fois-ci par contre, pour la première fois, je me suis heurtée à une représentante (assesseur) avec un brin de zèle tellement typique de ceux qui détiennent le pouvoir où du moins pensent le détenir. Après avoir trouvé mon bureau de vote (le même que les précédentes fois), je me suis présentée avec ma carte d'identité (française... on a tous ses défauts!) pour voter. 

Premier problème : sans même avoir jeté un coup d'oeil sur ses listes d'émargement, je n'y suis pas dit-elle. J'ai bien tenté de lui expliquer que ce n'est pas mon coup d'essai, que j'avais vérifié le matin même sur le site du  ministère grec de l'Intérieur et que j'étais suis validée sur les listes. Elle était catégorique : il me faut obtenir de la mairie une attestation que je suis bien inscrite sur les liste électorales.

Deuxième problème : pourquoi ma carte d'identité est-elle française ? Quelle question, pardi ! Parce que je suis française, mais comme je le disais plus haut, on a tous ses défauts... Soit dit en passant, il faudrait quand même que nous Français on se mette à la page : pourquoi n'y a-t-il pas une traduction (en anglais, tant pis pour la francophonie !) afin que le commun des mortels puisse lire les infos de notre CI ? je n'ai pas de passeport car je ne voyage par hors UE.


J'ai eu beau lui expliquer que les fois précédentes il y a avait une liste à part pour les citoyens de l'UE. Rien à faire : elle ne démordait pas, elle voulait à tout prix son attestation.

A ce moment précis, je me suis dit qu'ils aillent au diable avec leurs élections, je rentre à la maison. A peine sortie du centre électoral, et comme j'ai la tête dure, je suis allée faire un tour pour vérifier à la mairie. L'employée municipale m'a, elle, trouvée tout de suite sur les listes. Elle a été surprise d'entendre tout ce que je lui disais mais qu'elle ne pouvait pas me faire une attestation puisque ces attestations ne sont établies que pour ceux qui n'apparaissent pas sur les listes électorales : mais moi j'y suis.


Après un coup de fil au centre électoral, j'ai pu enfin voter. Non que ce soit réellement si important mais c'est un droit comme un autre. Je vis ici et j'aime savoir que mon vote peut (peut-être) changer les choses. J'ai quand même eu droit à des excuses (et c'est rare) de la part de la fautive.


Bref, je pensais en partant de chez moi en avoir pour une dizaine de minutes. J'ai perdu plus d'une heure. J'ose à peine penser aux nouveaux votants, ces immigrés (hors UE) qui depuis cette année ont le droit de voter pour les municipales, et des problèmes de ce genre qui ont du certainement se reproduire ailleurs.


Lire aussi sur mon blog:


- parutions sur les élections

2 Ajouter et lire vos commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo pour ta persévérance et l'insistance devant la défense de tes droits !

VB a dit…

Bravo, la perséverance est tjrs récompensée.