vendredi 26 février 2010

ET QUI PAIERA LES FRAIS ?

Un des slogans repris par la presse aujourd'hui (la presse étrangère car il n'y avait pas de journaux hier seule la télé) était : "Την κρίση να πληρώσει η πλουτοκρατία" (la ploutocratie doit payer la crise).

Je dirais plutôt que "la ploutocratie doit, elle aussi, payer la crise" car jusqu'à maintenant seuls les salariés semblent devoir payer les pots cassés d'une gestion suicide gouvernementale, mais aussi les retraités et les chômeurs !


(ploutocratie : du grec ploutos : richesse ; kratos : pouvoir)

et ceux là sont-ils - encore - épargnés ???

Les mesures d'austérité parlent de gel des salaires, de suppression du 14ème mois de salaire, de l'allongement de l'age de départ en retraite, de parité entre les hommes et les femmes ...

Je dis oui à la parité hommes-femmes dans la fonction publique. Deux fois oui à cette abberation de départ en retraite des femmes-fonctionnaires après 15 de services. D'ailleurs je ne l'ai jamais compris : pourquoi une femme dans le privé doit-elle travailler normalement toutes ces années alors que celles, fonctionnaires, partiraient après 15 ans ? Pourquoi ? Sont-elles à ce point privilégiées ? Travaillent-elles plus ? Et nous autres, pauvre bétail du secteur privé ? N'avons-nous pas mérité ce privilège ? Nous sommes également femme et mère... Pourquoi donc cette injuste différence ?

Je dis oui à l'allongement de l'age de départ en retraite mais avec un appréciation du nombre d'années de cotisations. 40 années de cotisations minimum= retraite complète. Ne pas pénaliser ceux qui ont commencé à travailler jeunes et ne pas empêcher ceux qui veulent rester, de travailler.

Mais pourquoi s'attarder sur les salariés ?

Il faudrait que "les autres" payent aussi. Je ne dirais pas que seuls les "riches" doivent être taxés, comme le scandent certains partis politiques de gauche, mais un peu de bon sens tout de même !.
Ces autres, tous ces gros et moins gros, propriétaires qui prennent en otage des employés dans le besoin, ne les déclarent pas. Ces employés de bonne fortune donc n'ont pas de couverture sociale, vivent dans la précarité.
Tous ces professions libres, métiers "rustiques", du bâtiment, et autres qui ne déclarent qu'un faible montant de leur revenu, avec le bénédiction de l'Etat, et ont le luxe de s'offrir aux yeux de tous des villas, voitures de luxe et maisons de campagnes.

Et tous ces petits commerçants qui depuis des lustres ne donnaient que rarement des reçus.

Oui à cette nouvelle mesure fiscale qui oblige les consommateurs à garder leurs factures et reçus de l'année contre la fraude des commerçants, boulangeries, pompes à essence, taxis et revendeurs sur les marchés par exemple et j'en passe. Un peu fastidieux tout cela mais au moins on se sent obligés de réclamer notre du.
Jusqu'à maintenant, même si nous savions pertinemment qu'il nous fallait une facture quelque soit l'achat, nous avions honte de la réclamer quand elle ne venait pas !
Bravo à cette mesure !!!

Non à la fraude. Non au travail au noir.

Face à cette crise mondiale, qui ne touche pas que la Grèce d'ailleurs, il nous faut être forts et solidaires, sans aucune distinction. Nous sommes tous responsables, laxistes. Prenons notre avenir en main. Ce sont de dures années qui nous attendent.

Et puis pour ceux qui nous suivent hors des frontières :
Ici pas d'Etat providence :
- les chômeurs ne touchent pas plus que ceux qui travaillent
- les allocations chômage, ce n'est pas un acquis qui dure
- les allocations familiales ne vous encouragent pas à avoir une ribambelle d'enfants et surtout pas à vivre des allocs
- l'Etat ne nous materne pas, ne nous ménage encore moins
- la protection sociale ne vous protège pas, gare à celui qui tombe malade
- et je ne vous parle parle des moyennes de salaires et du coût de la vie...

Fort heureusement :
- la solidarité familiale est très forte
- le troisième âge n'est pas oublié
- votre voisin vous dit bonjour...

mercredi 24 février 2010

Grève contre l'Europe




Aujourd'hui la Grèce entière est en grève. Athènes est paralysée.

Il est 14h30. Mercredi 24 février 2010.
Pas de trolley, ni métro aujourd'hui. Des bus pourtant nous amènent tout doucement vers le centre.

8h30, place Syntagma. Tout semble normal même si le centre est délaissé ce matin.
Curieusement, j'étais presque seule ce matin dans le bus jusqu'au terminus, Ecole polytechnique.

14h00. J'ai voulu sortir prendre l'air pendant une petite heure avant de retourner au bureau. Mal en peine ! Les cortèges se rassemblent sur la place Syntagma. Des odeurs de bombes lacrymogènes commencent à me chatouiller les narines et mes yeux commencent à pleurer.

J'aperçois les forces de l'ordre qui commencent à s'organiser. Le Parlement hellénique est entouré. lL rue Ermou, très commerçante, est à peine visible sous le nuage des lacrymogènes.
Des milliers de manifestants relativement calmes, ils seraient environ 10.000 il paraît, seulement à Athènes, se retrouvent sur la place historique, devant les Euzones, fidèles à leur poste.

Dommage pour ma pause. Je reviens au bureau, c'est certainement plus sage...
J'entends des hélicoptères tourner au dessus de nos têtes. Des éclats de bombes lacrymo se font entendre.
Les manifestants se sont déplacés vers l'Ecole polytechnique. Dans l'attente, que se passera t'il aujourd'hui ? Les cortèges semblaient si calmes, déroutant, blasé... Passer le message, seulement, pas de violence. Espérons.

Marre de cette crise. Est-elle vraiment la nôtre ? Nous la payons chaque jour.




dimanche 7 février 2010

MARRE DES CHINOISERIES


Après le spam téléphonique grec, je suis attaquée par du spam sur mon blog.


J'arrive à me demander si c'était pas une bonne chose que la chine boycotte les sites comme Twitter, blogspot-blogger et compagnie ! Non, je blague !!! Mais tout de même, depuis quelques jours je suis assaillie de commentaires en masse, sur des anciens articles, en chinois de surcroit, tout ce qu'il laisse apparaitre ce sont des mots comme ''se....'' et autres liens qui ouvre sur des sites certainement pas orthodoxes.


Bon, j'ai recherché sur les trucs et astuces sur le net afin d'éviter ces commentaires spams. J'ai donc décidé de mettre sur mes commentaires une sécurité supplémentaire préconisée captcha et je vois que les chinoiseries ne se sont toujours pas arrêtées. Quelle plaie ces chinois ! Je ne voudrais pas modérer les commentaires, c'est toujours assez frustrant de ne pas voir ses commentaires être publié aussitôt.


Une autre solution supplémentaire, ne pas activer le suivi des commentaires. Ca aussi c'est frustrant pour ceux qui ont laissé un commentaire sur mon blog de ne pas avoir les réponses qui suivent.


Que faire ? Alors entre le choix de prendre toutes les solutions de précaution, je vais peut-être commencer par retirer le suivi des commentaires dans un premier temps. Je ne sais pas, je ne sais plus... je ne voudrais surtout pas que ces spammeurs nuisent aux amis du blog.


Qui vivra verra ! En attendant faites bien attention aux messages que vous recevez car il paraît que c'est une vraie épidémie. Je me laisse quelques jours de reflexion pour me décider quel sera mon prochain pas vers la sécurité extrême. Modération des commentaires ?


A tous, bon dimanche