vendredi 3 octobre 2008

Baguette, béret et compagnie : Les Grecs comment nous-voient ils ?

Parce que un des mes derniers billets (LES GRECS : COMMENT LES VOYONS-NOUS ?) méritait bien une réplique :

Les Grecs comment nous voient-ils ?




On peut dire que parmi les Européens, les Français sont les touristes les mieux acceptés. Les Français sont connus pour leur hellénisme accru, l'amour des vieilles pierres (et regrettent de ne pas s'intéresser autant de leur patrimoine). On remarquera sur les sites archéologiques d'Athènes et partout en Grèce, que les touristes français font masse.

Les Grecs nous trouvent en somme toute assez sympathiques mais chauvins. Ils nous admirent pour notre élégance : avec un tout petit rien, une femme française connait tous les mystères de l'utilisation de l'accessoire. Ils adorent nos parfums, d'ailleurs les magasins de type "Hondos center" sont des centres de prédilection pour toutes les femmes grecques. L'engouement pour les sacs "Longchamp" (longue champe, de la bouche des Grecs) sont la preuve de la folie des produits de marque française.

Ils nous considère comme des "radins". Ils sont exaspérés par ces scènes d'addition séparée dans les tavernes par les groupes français. Il est il est vrai très rare pour ne pas dire impossible pour un Grec de ne serait-ce que penser à partager une addition. Leur système : je paye cette fois-ci, tu payes la prochaine. C'est vrai, dans la pratique c'est tellement plus simple !

Nous sommes également des rouspéteurs en puissance. Toujours en train de se plaindre et de chipoter sur les services, surtout en particulier quand ils font du tourisme. Le Français a toujours l'impression de se faire arnaquer à l'étranger.

Le manque de "kefi". Le kéfi, c'est un terme je dirais indéfinissable ! Synonyme de plaisir, de joie, et de bonheur, le kéfi est la clé pour réussir une soirée entre amis. Le Français est triste, maussade, a du mal à comprendre ce côté bon vivant grec.

Les femmes françaises sont non seulement élégantes, aux yeux des hommes grecs mais elles sont séduisantes, sexy ... Le syndrome BB est bien là, ancré dans les mémoires. Brigitte Bardot est le symbole féminin français, comme Monica Belluci pour l'Italie. Par contre, ils la disent facile et libertine ...

Les hommes français sont de tout emblée éffiminés, parfois homosexuels. Ils sont par contre charmants et galants même s'ils ont l'air assez snobs.

Les Grecs sont toujours assez surpris que les français se lavent dans une baignoire, le fameux bidet les fait toujours sourire. Jamais vous ne verrez un Grec pendre un bain, son truc à lui, c'est se laver sous la douche. Les gants de toilette en Grèce n'existent pas.

Ils admirent notre côté démocrate, conscient des droits de l'homme, de la protection des plus faibles.

Ils sont exaspérés par notre côté "toutou". Contrairement à ce que pensent beaucoup de nos compatriotes, les animaux ne sont pas plus mal traités qu'ailleurs. L'exemple est donné en plein centre d'Athènes avec ces chiens errants qui sont soignés, nourris par la municipalité. Les chats de la station Monastiraki (le marché aux puces d'Athènes). Ce que n'ont pas compris les Grecs c'est la nécessité d'enrayer la multiplication des animaux errants. Ce n'est pas que le Grec n'aime pas les animaux, simplement, comme il y a une trentaine d'années en France, l'animal avait une place particulière, un rôle précis.
Le Grec n'accepte pas que la lutte pour la protection des animaux puisse passer avant une cause plus importe comme celle de protéger nos anciens. Lorsque il y a quelques années, les personnes âgées en France se sont éteintes seules dans des maisons de retraire pendant la canicule, cela a fait des gorges chaudes !

La langue française est une langue difficile selon eux, ne pas rouler les "r" leur semble pratiquement impossible. Ils admirent néanmoins les écrivains français, s'étonnent de ne pas avoir entendu parler de poètes. Ils pensent que les Français n'aiment pas pratiquer les langues étrangères et se refusent à parler anglais.

Les Grecs aiment la cuisine française même si cuisiner au beurre n'est pas dans leurs traditions culinaires. La cuisine grecque moderne s'inspire des recettes françaises. Les meilleurs restaurants en Grèce ont avant tout des plats français. Comme ailleurs la nouvelle cuisine a ses adeptes.
Les Grecs n'aiment pas la viande saignante. Ne supportent pas qu'il n'y ai pas de cure-dents dans les restaurants en France et ne comprend pas le protocole de l'art de la table.

Stéréotype ou préjugés ? Allez savoir ...

En tous les cas, l'image stéréotypée du Français portant son béret, sa baguette sous le bras et sa bouteille de vin dans un panier ne semble plus être d'actualité. Le Grec se sent proche du français même si il est un peu à l'opposé parfois.

Autocritique ? peut-être ...

Et vous comment voyez-vous les Français ?

7 Ajouter et lire vos commentaires:

Roche a dit…

Ouh la la, apres plus de 23 ans d'expatriation, je ne vois pas d'un tres bel oeil les francais,ils sont en effet chauvins, se croient meilleurs que tout le monde et le pire, ils se regroupent toujours entre eux .....
Mais je ne peux rien y faire je suis francaise donc j'accepte mon sort !

Paris-Athènes a dit…

Je suis également française, également expatriée tu le sais de par mon blog, par contre je n'ai jamais été tentée de tenir compagnie à mes compatriotes. Je pense très fortement que comprendre un pays c'est partager avec eux. C'est choix, j'ai fait le mien. Mon cercle d'amis est avant tout grec, je ne renie pas mon pays, je suis fière aussi d'être française mais l'expatriation passe par l'adaptation. Vivre la France qui est mon pays, vive la Grèce qui est aussi mon pays de coeur, celui que j'ai choisi.

hortense a dit…

Je crois que tu as tappé juste. Ta description de l'image des français par les grecs est très réaliste.
Et je suis d'accord avec toi, lors d'une expatriation c'est mieux de s'intégrer à la population locale. J'ai fait la même chose en arrivant à Athènes. C'est un peu plus difficile au début avec la barrière de la langue et tout le reste mais c'est tellement plus interessant. Surtout que les français à l'étranger ont la fâcheeuse habitude de râler et de toujours comparer le pays d'accueil avec la France. C'est une grosse généralisation mais elle n'est pas completement fausse.

Diotima a dit…

Bonjour,

Juste un petit mot sur le "kéfi" : pourquoi pas l'inspiration, l'enthousiasme (en -théos) au sens fort, la moment où l'on est pris par une sorte de force divine qui nous dépasse et nous emporte au-delà de nous-même. J'ai souvent entendu ma mère (grecque de France) en parler au sujet du danseur qui se lance dans un tourbillon inspiré par la musique...
Voilà, c'était juste en passant (mais je reviendrai!).
Yasas!

Valou a dit…

Bonjour,
alors pour la question chauvinisme: moi je veux partir vivre définitivement en Grèce, et tout découvrir (bien que cela fait 5 fois que nous bourlinguons dans tout le pays et les îles, ma femme et moi) à 45 ans ras le bol de la France, et amoureux de la Grèce, donc objectif, partir en retraite en Grèce, mettre ma puce au lycée français d'Athènes, bosser le grec (si vous avez des tuyaux?) et si notre retraite nous pèse (tous 2 pharmaciens) pourquoi pas monter un business là bas, mais bon, sont-ils chauvins les grecs, sera t on mal vu si nous bossons là bas ?... prendre le pain des grecs...etc...

Paris-Athènes a dit…

Valou, pas de problèmes pour vous installer avec l'intégration. Les Français sont très bien acceptés en Grèce.
Le Lycée Franco-hellénique est un bon établissement. Apprendre le grec n'est pas une chose facile mais avec de l'huile de coude et votre envie de Grèce, vous trouverez de multiples endroits pour apprendre le grec (Institut Français d'Athènes, Chambre gréco-américaine, prof de grec privé...).

Monter un business ? pourquoi pas ? pour monter une pharmacie, ce serait peutêtre difficile car cela fait parti des métiers dits ''fermés" mais à voir pourquoi pas ?

J'ai quitté la France il y a 22 ans et au jour d'aujourd'hui je n'ai toujours pas regretté !

Anonyme a dit…

J'aimerais vraiment de tout mon cœur visiter et pourquoi pas vivre dans ce pays un jour,un besoin de changement de vie sans doute.