dimanche 12 octobre 2008

VIVRE EN GRECE : AU THEATRE CE SOIR


Au théâtre ce soir, à Athènes, en Grèce ; souvenez-vous de cette célèbre émission en France à la télé ?
Voilà donc un essai, le premier, après vingt ans en Grèce. Je me suis décidée enfin à passer ce stade. Après avoir regarder les programmes de type "Athinorama", le Pariscope d'Athènes, je suis allée retirer mes places pour la représentation de la pièce "O bakalogatos", pièce qui joue pour la deuxième année à Athènes, et qui a un succès fou il paraît.



"ΜΠΑΚΑΛΟΓΑΤΟΣ" (Bakalogatos), cette pièce de théâtre en Grèce est pour beaucoup la meilleure comédie du cinéma grec. Les célèbres répliques du légendaire Chatzichristos qui joue le rôle de Zikos, l'acteur du film, circulent encore en Grèce et sont connues des plus âgés au plus jeunes.


Sénèque disait "La vie est de théâtre : ce qui compte, ce n'est pas qu'elle dure longtemps, mais qu'elle soit bien jouée".


4 places donc pour ma petite famille et moi-même. Un rêve de petite fille aussi, j'aurais tellement aimé pouvoir avec mes parents aller au théâtre. Ils n'avaient malheureusement pas le temps, nous avions un petit commerce et pour nous les sorties le samedi soir, c'était impossible. Un lundi de temps en temps nous allions au cinéma, mieux que rien vous me direz ... c'est vrai.
Rêve d'enfance donc qui se réalise, je vais au théâtre ce soir avec mes filles et mon mari. Grande sortie, qui coûte cher (26€ par personne, pas de tarif réduit le week-end) et qui ne peut certainement se reproduire trop souvent. Le théâtre Mousouri se trouve en plein centre d'Athènes, derrière l'ancien Parlement, très proche de la célèbre statue de Kolokotroni (métro Panepistimiou ou Syntagma). C'est un théâtre très petit. La salle est comble, la séance du soir est à 21h15, nous attendons jusqu'à 21h30 pour qu'enfin on nous laisse entrer pour nous placer dans la salle.
Surprise ! Quand je suis allée chercher ma place, on m'a dit qu'il n'y avait plus de fauteuils mais qu'il restait des "chaises". Je lui ai demandé si elles étaient bien placées, on m'a retorqué que OUI. J'ai donc acheté en toute conscience ces places "chaises" en me disant que cela devait être des chaises mises dans la suite logique des fauteuils. D'ailleurs les numéros donnés étaient K 10; K 12; K 14 et K 16. Un autre détail important, pour le même prix ! En fin de compte, c'étaient des chaises de style pliantes, alignées dans les couloirs de secours même pas face à la scène par perpendiculaires. J'ose à peine imaginer si il y avait eu un début d'incendie ou pire un séisme !!!
C'est quand même inimaginable, impensable et irrespectueux vis à vis du spectateur. Avoir la tête penchée, tournée, mal au dos pendant près de trois heures, pour le même prix que ceux qui étaient bien installés dans les fauteuils. Nous ne pouvions même pas voir les détails de la scène sur les côtés. Tous ceux qui avaient acheté ces places "chaises" été sidérés par ce manque de respect.
Dommage pour l'ensemble. Bien sûr cela ne retire rien à la qualité de la pièce et la performance des acteurs.
L'acteur principal, Petros Philipidis, et metteur en scène, très connu en Grèce était formidable et touchant dans son rôle d'épicier de quartier. Personnage naïf mais malin, il reste le clou du spectacle. Il travaille dans l'épicerie de Monsieur Pantelis et il est follement amoureux de Fifika qui se moque de lui et lui fait miroiter un amour. Son patron lui aussi à la recherche de l'âme-soeur et grâce à l'entremeteuse demande en mariage la jeune et jolie Litsa qui elle est est amoureuse d'un jeune de son âge.
Mon passage est réussi. Je retournerai bien volontiers au théâtre. J'avais peur de ne pas trop comprendre certains passages. Il est difficile pour nous étrangers, même après 20 ans en Grèce, de comprendre certaines subtilités de la langue. Dans le cas précis de ce style de pièce, et bien sûr en maîtrisant bien la langue grecque, il est très facile de comprendre. J'avais des doutes jusqu'à maintenant sur ma capacité à bien tout suivre. Je me suis amusée comme une folle, il est vrai que j'avais eu l'occasion de voir le film à la télé plusieurs fois. Ces bons vieux films grecs des années 40 sont très divertissants et me rappellent l'époque Fernandel, Bourvil et compagnie.


Le théâtre est comme la messe ; pour en bien sentir les effets il faut y revenir souvent. (Alain, philosophe)


Prochaine étape théâtrale : une pièce un peu plus "culture". On verra bien ...

0 Ajouter et lire vos commentaires: