vendredi 9 janvier 2009

J'AI QUITTE LA FRANCE, JE ME SOIGNE

Aujourd'hui je célèbre mon anniversaire. Pas l'anniversaire de ma naissance, mais l'anniversaire de mon arrivée en Grèce, il y a maintenant vingt-et-un an.

21 ans immigrée, expatriée ?

Les gens ici sont toujours surpris quand ils me demandent d'où je viens, pourquoi je suis partie de France, comment j'ai eu la force et le courage de quitter ma patrie. "Il faut vraiment être fou pour avoir délaissé la France. Tout le monde rêve de la France, et toi tu l'as quittée ?".

Et bien oui : j'ai eu le toupet de partir à un moment où il est facile de tout reprendre à zéro. A l'âge de non-raison, la vingtaine. L'âge idéal. C'est l'âge de la folie, des coups de tête, des ambitions diverses. A vingt ans, on rêve et on fait bien de rêver ! On a des projets pour la vie, et on fait bien ... C'est drôle, je le savais qu'un jour ou l'autre je partirais loin de mon pays. Je l'ai ressentié toute jeune déjà.

J'avais vingt ans, plein de rêves dans la tête. J'ai tout plaqué : ma petite vie, mon boulot, ma famille. J'ai tout reconstruit, ma petite vie, mon boulot et j'ai ma petite famille bien à moi. Mais attention, je n'ai pas fuis la France, c'était un choix tout simplement personnel. Je ne l'ai jamais regretté.

Aucune inquiétude. Je ne me suis pas posée de questions. Notre avenir n'est jamais tracé d'avance, on le construit pas à pas.

La Grèce est devenue une seconde patrie et elle me le rend bien. Mon intégration, même si cela n'a pas toujours été facile, est une réussite aujourd'hui. Sans avoir perdu mes vrais amis, je m'y suis fait d'autres amis, différents ceux-là, Grecs et Grecques. Je suis jamais seule, je suis toujours entourée. Je garde dans mon coeur, mes très chères amies en France, elles se reconnaitront j'en suis sûre.

J'ai quitté, sans vraiment la quitter, ma famille. J'ai fondé la mienne. La famille s'agrandit, elle ne sépare pas, du moins en théorie. Quand la mélancolie pointe le bout de son nez, on fait des allers et retours entre la capitale grecque et la capitale française. Mais chaque voyage a un gout différent, plus ou moins réussi. Je suis consciente que j'ai du faire de la peine à certains en partant, partir c'est toujours triste. Au début, mes aller et venues étaient déchirantes, maintenant le temps efface la douleur car j'ai certainement murie. J'ai mon "chez-moi", j'y suis bien, sereine.

Est-ce-que ma propre famille a accepté mon choix ? Je ne saurais pas vous dire.

Je suis très fière de m'être intégré dans ce beau pays, très fière lorsqu'on me dit que je parle bien le grec, presque sans accent, pour moi l'autodidacte.

6 Ajouter et lire vos commentaires:

yannaki a dit…

Καλή επέτειος !

Au début ça ne devait pa être évident, nouvelle langue, culture, etc... Mais lorsque c'est un choix bien réfléchi et puis tu avais la volonté de tout changer c'est pour cela que tu y es encore. En 1988 c'était bien différent. Moi aussi j'aimerais bien y vivre un petit moment pour ressentir le pays, mes racines... La Grèce est belle et les Grecs sont chaleureux.
Je te souhaite encore de belles années de bonheur, c'est bien de ne pas oublier son pays d'origine, famille et amis.
Filia, Yannaki

Tzoulia a dit…

H Ellhnara mas !!!!!

C'est drôle, je crois que j'aimerais beaucoup sauter le pas aussi! Pas pour fuir la France, juste pour me rapprocher de ma deuxième patrie aussi ... Mais comme dit, ce sont les circonstances qui nous portent, un job, un amoureux etc.
Ax Ellada mou leipeis!!!! ;)

Valérie a dit…

Tzoulia mou, comment vas-tu sous les tropiques strasbourgeois ?

C'est drôle mais j'ai bien l'impression qu'un jour ou l'autre tu viendras ici pour de bon.

Bizz

Roche a dit…

Bon anniversaire alors.......
Moi cela va faire 15 ans en juillet que je suis en Grece, meme raisons que toi, sans vraiment reflechir, les choix se sont faits au fur et a mesure, ce ne fut pas facile, j'ai parfois des regrets, mais bon quand on fait un choix automatiquement on doit delaisser quelque chose.....Bonne continuation...

Nathalie

MaryAthenes a dit…

Je nous decouvre beaucoup de points communs (deja dans l'interview d'Athens Voice) meme si moi c'est une dizaine d'annees que je vis ici.
Je ne regrette pas car comme toi je me sens integree et fiere quand on me dit que je suis "plus grecque qu'une Grecque"...
Avec l'age cependant, les liens avec la France sont un peu plus douloureux : une sorte de nostalgie de ce pays et de ces gens qui nous ont vu grandir...
Tres bon anniversaire !!! Να ζησεις παντα ευτυχισμενη, οπου ανοικει η καρδια σου ! Χρονια πολλα !

Tzoulia a dit…

Mallon xaxa!!!!
En attendant, pas d'alkyonides ici ... mais on assise à un redoux, les températures redeviennent positives après plus de deux semaines sous la barre des 0 ... du jamais vu!! on ne peut même plus acheter de salade au marché ... elle est gelée !!!!!ça n'arriverait pas à de la marouli ça n'est-ce pas ???