lundi 19 octobre 2009

COINGS AU SIROP TOU KOUTALIOU







Ce qu'on appelle ici en Grèce les "Glyko tou koutaliou" ce sont des fruits au sirop très épais, intraduisible (dessert à la cuillère...) en français !. Dessert rustique typique grec, sucré comme du miel, rien a voir avec nos fruits au sirop, entre la confiture et les fruits confis mais avec du sirop. Les "glyko tou koutaliou" sont servis soit en fin de repas où en fin d'après-midi lorsque nous avons des invités surprise. Hospitalité oblige, un café, ou une douceur servie avec un verre d'eau fraiche est le must des familles grecques.


Presque tous les fruits se préparent de cette façon : coings, bergamote, raisins, orange, orange amère (nerantzi), citron, noix fraiches, petites tomates, petites aubergines, carottes, cerises et griottes, petales de roses, pastèques, figues, amandes, poires, petites pommes "fyriki"...

En Evritanie, j'ai goutté au glyko à base de "krani" (mais qu'est-ce-que c'est en français ???). Délicieux. De ce même fruit, il font une liqueur délicieuse.


Le "glyko tou koutaliou" peut être servi avec du yaourt, une balle de crème glacée ou encore vous le rencontrerez dans quelques kafeneions (bistrot) servi avec un café grec. Le goût amer du café et l'intensité du sucre de ce dessert est étrange au premier abord mais délicieux.


Récemment lors d'un baptême, nous avons été agréablement surpris, car au lieu de l'habituel gateau offert à la fin de la cérémonie, un "glyko tou koutaliou" nous été donné avec les dragées, j'ai trouvé cette idée tellement originale mais tellement traditionnelle ! Idée à adopter sûrement !




Le fruit de saison, idéal pour ce dessert est donc le coing. Je me suis donc lancée et ai appelé une amie crétoise , Eleni, qui en toutes circonstances est capable de préparer tous les plats grecs inimaginables.

Dans cette recette, une herbe aromatique qu'on appelle ici "arbaroriza" dont je n'ai pas réussi à trouver la traduction mais qui ressemblait aux feuilles de géraniums et sentait la citronnelle.



Recette de "Ma douceur aux coings"


- coings frais, nettoyés, pelés, coupés en lanières fines, en peu comme les pommes frites

- sucre

- arbaroriza

- vanille

- citron

- accessoirement des amandes effilées



Faire cuire les coings coupés en fines lamelles comme des frites fines (la prochaine fois je couperai un peut plus gros!) dans une casserole.

Ajouter du sucre : quelque soit le récipient utiliser pour mesurer, 3 mesures de coings pour 1 mesure de sucre. Ajouter les deux vanilles en poudre. Deux ou trois gouttes de citron.

Couvrir à moitié d'eau et laisser cuire les coings jusqu'à ce que le fruit soit cuit (pas trop) et le sirop prêt.


Quand savoir si le sirop est prêt ?

les coings doivent être tendres. Prélever un peu de sirop et le faire goutter sur l'ongle ou sur une petite assiette, le sirop est prêt lorsque la goutte ne coule pas.

Laisser refroidrir dans la casserole.
Mettre en pots. A garder de préférence au réfrigérateur.


La novice a râté pour la première fois la confection de son sirop : je n'avais pas mis assez d'eau. Résultat mon fruit était bien cuit mais il n'y avait pas assez de sirop. Pas de problème : faire chauffer doucement une nouvelle fois les coings au sirop en allongeant un peu d'eau. Laisser bouillir une fois. Retirer la casserole du feu.

Laisser refroidir.


Nikos, mon mari, a goûté et regoûté sans broncher. J'ai passé l'examen. Puisq'il ne dit rien c'est que ce doit être bon !


Même si ce dessert est extremment sucré, il est reputé sans cholestérol. Diabétique s'abstenir !


Une variante à la française que j'imaginerai bien : crêpes servies avec de la glace à la vanille et des glyko tou koutaliou... Riz au lait ...








5 Ajouter et lire vos commentaires:

Anonyme a dit…

cette recette va peut être me réconcilier avec ce gâteau qui, c'est vrai,est souvent l'unique dessert servi en taverne. Un peu trop sucré souvent mais offert avec tellement d'amour par les maitresse de maison !

Aurais tu l'adresse où trouver ces fameuses dragées ?

plixaki a dit…

Collègue de cette charmante bloggeuse j’ai gouté aujourd’hui « sa douceur aux coings ». En un mot : excellent !!

plixaki a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
corinne a dit…

Hummmm... C'est comme les neradzakia ! J'adore.
Merci de m'avoir rappelé un si délicieux souvenir du temps où j'habitais Athènes. Evkaristo (désolée, pas de lettres grecques).

Paris-Athènes a dit…

Des dragées on en trouve presque partout en Grèce. Dans les magasins en particulier qui vendent des fruits secs, dans les magasins qui préparent les bombonnières pour mariage et baptêmes.
Si vous habitez Athènes : j'en connais à deux endroits. Le premier, à côté de la place Syntagma, au début de la rue Karageorgi Servias, sur votre gauche en descandant, je crois à l'angle de la rue Nikis. Un tout petit magasin qui vend des fruits secs et autres bonbons.
Vous trouverez également ce genre de magasins vers la rue Athinas,dans les petites rues autour du marché central, après le bâtiment de l'hôtel de ville.
Vous en trouverez aux amandes, au chocolat..