vendredi 28 octobre 2011

Grèce : La fête nationale autrement

Il fallait s'y attendre, la fête nationale du 28 octobre, jour du "Oxi" (Non) a été, c'est le moins qu'on puisse dire, inattendue, quoique ...

En direct depuis les journaux télévisés, la retransmission houleuse a montré des images assez surprenantes :
- à Thessalonique, la cérémonie officielle où prenait part le Président de la République hellénique, M. Carolos Papoulias, a été sabordée. Le pauvre président a déclaré :  "c'est honteux" et "je ne suis pas un traître" répondant à ceux qui lançaient des slogans "Traître, traître" à celui qui a combattu pour la Grèce dans sa jeunesse.
- à Athènes, devant la ministre de l'Education nationale et des Cultes, certains groupes d'élèves représentant leur école, ont tourné leur tête dans le sens contraire au moment où ils passaient devant la tribune d'honneur ; d'autres ont choisi ne pas tourner la tête mais plutôt de tenir haut la main un brassard noir, de ceux que portent les hommes en deuil.

D'un côté nous avons des manifestants qui empêchent le défilé national de se dérouler, de l'autre des enfants qui n'ont pas encore atteint l'âge de voter mais qui par leur attitude traduisent une indignation nationale.

Il est triste, il est vrai, de mélanger un jour historique à ces mouvements de manifestation, mais ce  sont des jours historiques ceux que nous sommes en train de vivre.

J'aimerai pouvoir poser une question à ces jeunes élèves si ce message qu'ils sont en train de passer est une attitude politique ou tout simplement comme ils disent ici "για να σπάσω πλάκα", c'est à dire "pour rire" ou pour faire comme tout le monde. Bien évidemment, je préférerai la première solution...
Ces jeunes sont les futurs votants de demain, les futurs décideurs de ce pays. La Grèce vit des jours dramatiques et de nombreux foyers sont en train de sombrer dans un avenir très très sombre.

Si inattendue que cela cette fête nationale ? mais si triste... ce n'était ni le jour, ni le moment propice. C'est un jour historique où on doit honorer ceux qui sont tombés pour leur patrie.

0 Ajouter et lire vos commentaires: