vendredi 7 mai 2010

UTOPIA


Voilà, je n'ai pas été bavarde ces temps dernier. Manque d'inspiration ? Ce n'est pas les événements qui manquent pourtant me direz-vous ? Vous avez raison.


Et bien, je crois que pour la première de ma vie je ne sais plus quoi penser. Je suis complètement effarée, dépassée par ces événements. Je ne peux plus écrire, écoeurée par tant de violence. Voici un an et demi, la Grèce pris dans le tourbillon français et de ses émeutes, monte sa propre révolution. 6 Décembre 2008, un mort déjà. Un jeune homme, même pas encore majeur. Déjà un vent de révolte soufflait comme un présage.


5 mai 2010 : trois morts cette fois-ci, plus une "âme" comme on dit ici dans le ventre de sa mère. 4 vies en tout, qui sont parties en fumée. Ce 5 mai était pourtant destiné à être la journée du message, du message de ces milliers de Grecs à leur gouvernement, à leur dirigeants politiques de tout bord, qu'ils ont en marre d'être la vache à lait des corrompus. La jeunesse à 700 euros était elle aussi présente, mais encore ces retraités amputés de leurs déjà faibles revenus. Cette journée de manifestation aurait pu se terminer sereinement comme cela semblait s'annoncer ... mais non ... les fameux connus ''inconnus" ont par leurs actes destructeurs commis un crime, quatre crimes.


Je ne veux pas écrire.


Quoi écrire ? de toutes les façons, tout est déformé. On présente la Grèce comme un pays de voleurs où la corruption est présente dans tous les secteurs. On décrit les Grecs comme un peuple qui roule sur l'or qui dépense sans compter. On reproche aux pays européens de financer la Grèce pour permettre à son peuple de toucher des super retraites. Mais arrêtez-donc !!! Oui il y a des énormités dans le système. Oui, je suis personnellement contre ces disparités entre le secteur public, qui a des avantages hors du commun, et le secteur privé qui trime dur et qui n'a aucun de ces avantages. Mais n'en faites surtout pas une généralité. Ils ne sont pas tous à même enseigne, loin de là !!!


On demande aux Grecs de faire des efforts, de faire des coupes dans leurs salaires (pour les fonctionnaires) : oui, oui, oui.

D'ailleurs, pour ceux du privé cela fait belle lurette que leurs revenus sont amputés par des employeurs peu honnêtes. Et ces salariés ont des salaires de misère et des conditions de travail archaïques, ils sont malheureusement souvent obligés de travailler sans protection sociale parce que c'est çà ou rien, à la merci des uns et des autres. Que feriez-vous à leur place si vous n'aviez pas de travail, ne touchiez pas d'Assedic et avec une famille à nourrir ?

Depuis un an déjà, les licenciements pleuvent. Avec les nouvelles mesures-rumeurs, ils seront encore plus nombreux puisque facilités !


J'aimerais savoir maintenant quelle serait la réaction des fonctionnaires français, allemands et autres européens si on leur disait que leur salaire serait amputé de quelques centaines d'euros ? Attention, on ne parle ici de gel de salaire mais bien de réduction. Il n'y aurait aucune manifestation ? Ils accepteraient ces restrictions sans broncher ?


Les Grecs sont-ils moins humains que les autres ? N'ont-ils pas besoin comme les communs des mortels

Européens de manger, boire, de s'habiller, éduquer leur enfants et partir en vacances (du luxe désormais!), sortir un samedi soir en taverne (nettement moins cher que les restos français!), payer leurs factures, avoir une voiture, tomber malade ou partir en balade ?

Détrompez-vous et chassez de votre esprit Onassis ! On est loin ici de vivre comme Crésus. C'est insultant pour ce peuple qui travaille comme vous et moi.


A savoir :

Ici bas, au pays des Héllènes, pas d'Etat providence.

Pas d'allocation chômage à rallonge.
L'éducation, la vraie, n'est pas gratuite.

Pas d'allocations familiales décentes.

Peu de place en crèche publique pour les mamans qui travaillent.

Pas de santé : mieux vaut ne pas tomber malade !

Quoiqu'en dise certains, on y paye ses impôts puisqu'il est prise à la source pour les salariés.


Attaquons-nous aux corrompus des postes clés dans l'administration, aux professions libérales, artisans, médecins, avocats, ingénieurs, entrepreneurs en tout genre, ceux qui ont pendant des années caché au fisc leurs réels revenus.


Utopie : L'Europe est-elle aujourd'hui à la hauteur de ses espérances ?

Optimisme : La génération aux 700 euros se relevera-t-elle de ses cendres ? En auront-ils jamais le courage où seront-ils obligés comme leurs aînés à s'expatrier ailleurs ? Quel avenir pour les jeunes ? De quoi demain sera-t-il fait ?





7 Ajouter et lire vos commentaires:

Anonyme a dit…

Les derniers évènements en Grèce sont présentés comme très grave. J'ai lu certains commentaires d'internautes sur des sites de journaux et on en revient à votre avis. Je pense que les grecs vont passer au moins jusqu'en 2014 (si il ni a pas de révolution avant) de mauvais jours. Mais, je suis pour les mesures contre la corruption, les maisons qui poussent n importe où, les différences très importantes entre fonctionnaires et secteur privé mais je ne trouve pas pour autant le salaire des fonctionnaires élevé ( environs 1350€ d'après mes informations). La Grèce à pris de dures décisions mais qui sont pour le bien de son économie, au mois réduire son déficit (j'aimerai que la française baisse aussi son déficit avec la baisse du nombre de fonctionnaires mais il doit y avoir de nouvelles dépenses cachés ...). L'aide des pays européens est une bonne chose pour moi. Elle permet de monter au monde que l'on peut aider les pays de l'Eurozone (malgré les difficultés rencontrés avec l'Allemagne).
Même avec tout ces problèmes, j'ai toujours envie de venir visiter la Grèce, peut-être cet été ?

La Grèce deviendra peut-être un exemple d'économie dans le futur ? L'avenir nous le dira.

En vous souhaitant bon courage si vous rencontrez des difficultés et merci pour votre point de vue en Grèce,
Pierre.

Paris-Athènes a dit…

Merci pour votre commentaire. La question de l'Europe et de son unité et de sa solidarité s'est vraiment posée face aux dits "petits pays" et ce n'est pas terminé puisqu'on voit maintenant toute l'attention portée vers l'Espagne ou le Portugal.

La Grèce un exemple pour l'économie ? Bonne question et une réalité en fait. Grâce à cet ouragan, un mécanisme d'aide est en branle et c'est une bonne chose. On a pensé l'Europe comme une machine qui fonctionnait avec des Etats sains, riches. Mais l'Europe avec son élargissement amène également ses disparités. Repensons donc l'Europe tout en sachant que la situation dans laquelle se trouve la Grèce n'est pas son apanage.

Quant aux salaires des fonctionnaires, je suis tout à fait d'accord avec vous. J'ai l'exemple de fonctionnaires (niveau bac) qui après 20 années dans la fonction publique, ne touche que dans les 1100 euros net par mois (primes incluses). Des disparités, en Grèce, il en existe même selon les ministères. Par exemple, les mieux lottis de tous sont ceux du ministère des finances, ou les agents du Parlement hellénique ou il est bon d'être femme de ménage !!!

La Grèce un exemple d'économie ? Par la force, c'est sûr mais les Grecs ont toujours démontré qu'ils savaient dans les moments durs être unis même si à cet instant cette solidarité semble être compromise par les attaques frontales des divers partis politiques toute tendance confondue.

L'avenir nous le dira. Mais quel avenir pour nos enfants ?

Venez en Grèce !!! c'est un pays que j'ai adopté, que j'aime plus que tout. Sortez des sentiers battus, la Grèce profonde est superbe.

Lauraki a dit…

Je viens juste de quitter Athènes, et maintenant que je suis posée de l'autre côté de l'Atlantique, j'entends aussi des clichés. Alors oui, comme toi je suis d'accord sur plein de points, surtout sur les disparités fonctionnaires/privés. Mais oui, je comprends aussi la colère des Grecs. À force de colmater des micros brèches depuis des années, les gouvernements successifs n'ont su envisager le long terme.
Bref, il me faut chaque jour essayer de nuancer ce que la presse rapporte aux gens qui s'exclament : "quoi la retraite à 53 ans ?!!"

Paris-Athènes a dit…

Bonsoir Lauraki, oui je me souviens de toi. Tu avais un blog lorsque tu étais en Grèce, n'est-ce-pas ?

Oui c'est triste tout ce qui se passe mais la réalité est que toutes ces irrigularités-disparités excédent tout le monde ici. C'est vrai que la retraite à la cinquantaine pour certains des fonctionnaires est une honte et nous le payons aujourd'hui. D'ailleurs ce genre de mesure n'aurait jamais du exister !
Aujourd'hui on demande aux fonctionnaires de payer parce qu'ils sont les premiers bénéficiaires de ces facilités. Ils ont en profité pour certains mais d'autres n'ont certainement ces salaires qu'on leur pretent.
Il est encore plus honteux qu'on demande aux autres, à ceux du privé de payer encore plus (encore plus d'années de cotisations pour la retraite, hausse de la TVA... et j'en passe).

L'heure est grave en Grèce et les mesures injustes pour certains.

Anonyme a dit…

Fonctionnaires de tous les pays... Ils en ont marre les fonctionnaires, qu'on leur mette tout sur le dos... Divisons pour régner, c'est bien connu, mais ça marche toujours ! Les petits fonctionnaires rament comme les ouvriers et les petits commerçants, les hauts fonctionnaires sont aussi bien lotis que les gros patrons, mais pendant que les ouvriers tapent sur les fonctionnaires rien ne change...

Paris-Athènes a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Paris-Athènes a dit…

Je suis tout à fait d'accord que les fonctionnaires travaillent autant que les autres cependant - et cela est valable pour la Grèce uniquement - les petits fonctionnaires ont des avantages nettement supérieurs en nombre et en qualité aux salariés du secteur privé.

Il est vrai que "diviser pour régner" a toujours été de mise par les grands de ce monde mais remettons les choses à leur place malgré tout !

En Grèce, les fonctionnaires pouvaient dans certains corps de métier prendre leur retraite au bout de 25 ans, les femmes au bout de 15 ans (qu'en pensez-vous ?) alors que ceux du privé sont dans l'obligation de cotiser beaucoup plus longtemps (35 ans et plus).

En Grèce, les femmes en congés de maternité ont des facilités que celles du privé n'ont jamais eu : seraient-elles moins mères que les autres ou moins méritante ? Je ne voudrais pas parler de la caisse-maladie des fonctionnaires qui n'a rien à voir avec celle des ouvriers, avec le droit d'aller voir le médecin agréé qu'ils veulent alors que les autres sont obligés de se rendre dans des centres médicaux de l'IKA (sécurité sociale grecque) archaïques... ou du cas des mères de 50 ans ayant des enfants mineurs qui pouvaient prendre leur retraite anticipée.

Ah une autre chose : les fonctionnaires travaillent 37.5 heure par semaine, ceux du privé : 40. Et je ne voudrais pas parler de la sécurité de l'emploi que le secteur privé n'a pas - Des jours de congés de convenance donnés soit par le chef d'un service, ou encore des jours de congés lorsqu'on a sa fête (du nom très important en Grèce, un peu comme pour son anniversaire) - du laxisme des fonctionnaires qui n'ont pas de scrupule à arriver après l'heure et repartir avant l'heure ou de vous faire "poireauter" au guichet alors qu'ils parlent au téléphone.

Pour mieux régner et moins diviser il faut sans aucun doute que le droit à la retraite soit les même pour tous, mais aussi l'accès à la santé, à l'éducation. Supprimons donc dans un premier temps les disparités.

Quant au débat petit fonctionnaire et haut fonctionnaire, je ne peux personnellement qu'être d'accord avec vous mais que faisons-nous pour y changer ? Enfin, les coupes dans les primes des fonctionnaires grecs ne concernent que ceux qui ont des salaires bruts de plus d'un certain montant par mois. Une chose est sûre, c'est que le pouvoir d'achat va dégringoler à toute vitesse (hausse de la tva etc.) et ce pour tous, tous secteurs confondus !

Quant aux petits commerçants, il y en a des honnêtes et des malhonnêtes. Quand pendant des dizaines d'années, ils ne donnaient jamais de factures-reçus et que tout passait "à l'as" ils ne se plaignaient pas ! Maintenant que pour chacun il nous faut prouver notre train de vie en présentant au fisc des reçus en tout genre, ils sentent qu'ils vont devoir payer des impôts comme le bas peuple. Il était grand temps ! le salarié et le fonctionnaire ne pouvait pas - lui - cacher au fisc ses revenus puisque les impôts sont prélevés directement sur leur salaire.

Dernièrement les députés font front pour leur propre personnel du Parlement, clament haut et fort qu'il est impossible de supprimer les primes des employés du Parlement (15ème et 16ème mois !!!) Et oui, équité entre les peuples !!! quand vous avez votre secrétaire qui vous marmonne à longueur de journée combien elle est perdante, cela vous touche de près !!! Que dire à ces pauvres bougres d'autre secteurs ...

Alors excusez-moi le débat entre fonctionnaire et les autres, nous avons de quoi dire ici.