jeudi 24 mai 2012

Grèce - Et toi qu'est-ce-que tu votes ?

Moi ??? Dieu merci, je ne vote pas !

La Grèce toute entière chuchote Tsipras.
La Grèce toute entière ne se pose plus de question puisqu'elle n'a plus rien à perdre. Ils votent dans le désespoir et dans l'espérance qu'un parti sans aucun pouvoir jusqu'à aujourd'hui pourrait leur rendre un peu de cet espoir.

Parmi tous ceux qui m'entourent, mes amis, Grecs, il y a de plus en plus de chômeurs. Eleni, depuis plusieurs années déjà ; Maria depuis un peu plus d'un an ; Christina, la fille d'Eleni, depuis mardi dernier ; Kostas, le mari d'Eleni a un pied dedans, un pied dehors ; Pavlos, le mari de Maria, à son compte, il est menuisier, se contente de menus boulots pour remplir la marmite. D'autres ont pris leur retraite et le regrettent amèrement.

Quand vous leur posez la question : "Et toi qu'est ce que tu votes ?",
la réponse est tout de suite,  "surtout pas ceux qui nous ont amenés dans cette situation !".
"Qui donc alors ?",
"je ne sais pas ... Tsipras peut-être..."
"Tsipras ? mais c'est la fin de tout!"
"Et alors, je n'ai rien à perdre, rien à gagner. De toutes les façons, rien ne changera"

Les sondages vont bon train. Aujourd'hui encore ils mettent en 1ère place le parti de la gauche radicale, le parti de droite en second et le parti socialiste en 3ème place. Aucun des messages venant d'Europe, brandissant la menace d'une sortie probable de la zone euro, ne fait baisser les numéros.  Bien au contraire, j'ai l'impression qu'ils encouragent les fatigués de la politique à se tourner vers ce parti au président "belle gueule", "beau parleur" et qui ne manque pas de culot. Un vrai effronté de la politique !

Alors, ce 17 juin sera t-il le jour de notre perte ? Serons-nous coupés du reste de l'Europe ? L'apocalypse est-elle annoncée pour le 1er janvier 2013 avec la fin de l'euro et le retour vers une monnaie locale ?

Que de questions ! Quel dilemme pour tout un peuple !

Et puis, il y a les autres, peut être plus lucides, plus effrayés peut être aussi, qui étaient fidèles jusqu'à maintenant aux deux grands partis, qui ont le 6 mai dernier transformé leur vote en choisissant un vote-punition pour un parti tiers, ou ne sont pas aller voter du tout.
Ceux là, même si encore très fâchés, ne trahissent pas leurs anciennes amours, se préparent pour le nouveau scrutin du 17 juin. Que choisiront-ils ?

"Et toi, qu'est-ce-que tu votes ?"


P.S. : pour ceux qui s'étonneraient de mon silence sur le parti xénophobe qui fait couler de l'encre ici en Grèce, je préfère passer outre, ne pas m'attarder sur ce nouveau phénomène de société qui devrait être réglé par la justice.... (avis purement personnel qui n'engage que moi)



3 Ajouter et lire vos commentaires:

Anonyme a dit…

Interessant ce journal sur la vie à Athènes..mais ce serait encore mieux s'il était plus régulier... La presse française a quitté la Grèce pour quelques semaines jusqu'aux élections de juin...alors on est à l'affut des nouvelles...des façons de voir..de penser..
Mc

Anonyme a dit…

Pourquoi : "Tsipras ? mais c'est la fin de tout!"

Paris-Athènes a dit…

bonsoir!

je ne note pas en Grèce mais je ne pense pas que je voterai personnellement pour Tsipras si je pouvais voter.
Je ne dirais pas que c'est la fin de tout, car nous sommes dans l'inconnu toal. Je crois simplement qu'on ne doit pas non plus jouer avec la détresse du peuple. Les partis ont dorénavant l'obligation d'agir pour le bien du pays et laisser leur différence politique de côté.
Le peuple grec souffre et on est qu'au début !

@MC : merci pour votre commentaire mais je manque d'inspiration en ce moment, je crois que la fièvre me touche moi aussi. J'ai de la chance d'avoir un travail, c'est quand même le plus important par les temps qui courent.