vendredi 5 décembre 2008

LES GRECS SONT-ILS PLUTOT CIGALE OU PLUTOT FOURMI ?

En cette période de grande restriction, bla bla bla, ici comme par ailleurs, bla, bla, bla, on nous rabache que la crise économique, grand fléau, n'est qu'à son début. On pourrait même dire qu'elle n'a pas atteint ici l'ampleur qu'elle peut avoir ailleurs.

La société grecque telle qu'elle est composée peut faire face en tout temps à toutes sortes de crises. Parce qu'elle est forte, parce qu'elle est unie.

Crise sociale, crise politique, crise économique ....

Il est vrai que ces derniers temps, pris dans le tourbillon mondial et européen, nous sommes bombardés de toute part de messages de nos leaders nous annoncant une crise très sévère.

Voici le message - il est mondial : Il faut se serrer la ceinture.

La famille grecque n'est guère dépensière même si ces dernières elle a tendance à succomber à la frénésie occidentale d'acheter, plus qu'elle en aurait besoin, des choses complètement inutiles. C'est donc ça la société de consommation me direz-vous.

Cependant, les Grecs sont plutôt fourmis que cigales.

Le souci majeur d'un père est de protéger sa famille et ses enfants. Par tradition et quant il peut bien sûr, il se saignera aux veines pour assurer un toit à son fils, à sa fille, leur offrir un mariage décent. Et ses enfants feront de mêmes pour leur propre progéniture. C'est pour cela qu'il y a un nombre importants plus qu'ailleurs de propriétaires.

Parlons des congés payés par exemple : Le Grec est fourmi. Il se contententera de partir en vacances pendant maximum, mais vraiment grand maximum, 15 jours. Très rarement, il pensera aux sports d'hiver. Allez il envisagera peut-être de partir un petit week-end dans une des stations de ski non loin de la capitale, mais entre nous j'en connais peu. Les autres Européens n'ont pas les mêmes priorités vis à vis de leur famille.

Alors se serrer la ceinture. Les Grands de ce monde nous mettent la pression.

On demande une fois de plus à la classe moyenne de donner davantage. Dernièrement, un pub qui passe sur les chaînes de télé grecques révolte. Le ministère de l'Economie se fait le messager du bon payeur et du bon redeveur.

L'employé, l'ouvrier ne peut faire autrement que déclarer l'ensemble de ses revenus, d'ailleurs pour info, l'impot est pris à la base. Le trop perçu est rendu après envoi des déclarations fiscales. L'Etat ne demande pas par contre, aux autres, à ceux qui ont les moyens de cacher une partie de leur pécule, de se serrer la ceinture.

Ceux-là au nom de la crise économique mondiale ne font aucun effort. Ils sous-emploient ces pauvres bougres qui par peur du lendemain acceptent de leur bon "samaritain" (du dit employeur) toute sorte de compromis inadmissible comme ce j'ai entendu il n'y pas longtemps d'une amie très chère qui s'est vue proposer un emploi avec les conditions misérables suivantes :
- salaire net de 1000 euros sur la fiche de paye
- mais ... en poche réellement 750 euros.

- l'employeur paye la différence seulement sur les cotisations sociales mais garde l'autre différence.
= l'employeur gagne sur tous les fronts. L'employé perd 250 euros et plus si on calcule les impots qui seront prélevés.
Bien évidemment mon amie qui n'était pas à ce point désespérée n'a pas accepté ces conditions. Ce qui me rend triste c'est que je suis sûre qu'il y une personne dans le besoin qui a du certainement succombé.
Cet exemple est certainement extrême mais c'est une réalité.

Pour en revenir à la fameuse publicité qui passe en ce moment ; le ministère de l'Economie préconise aux Grecs de se sensibiliser, de prendre conscience grâce à leur campagne de lutte contre la fraude fiscale via différents petits spots télévisés sur des thèmes comme le financement de l'éducation, de la santé, renforcement de l'Etat-providence, appui au développement et enfin inciter de chacun d'exiger une facture.






C'est bien gentil tout cela et nous qui nous aide ? Nous devons aider l'etat à renflouer ses caisses, aider notre employeur en faisant toujours plus d'effort et ce pour garder notre emploi. Mais les prix grimpent et notre porte-monnaie se vide.
Oui, je suis d'accord que la fraude fiscale est une injustice sociale mais cela m'etonnerait que ceux qui réellement volent l'Etat se sentent bien concernés. Ne soyons pas dupes. Les rentrées d'argent c'est toujours pour les mêmes en Grèce comme ailleurs.


4 Ajouter et lire vos commentaires:

ms a dit…

Francaise mariée à un Grec mais ne vivant pas en Grece, j'ai toujours eu la vision du Grec cigale. Les grecs que je connais (vivant en Grèce) vivent presque tous au dessus de leurs moyens. J'ai toujours eu cette impression que le paraitre était ce qui prédominait, alors qu'effectivement les salaires me semblaient fort bas. Peut etre cela vient il que je connais un cercle restreint !

MaryAthenes a dit…

J'ai moi aussi l'impression que les Grecs sont plutot depensiers, a vivre au jour le jour et advienne que pourra. Ce sont des fatalistes ! Ils sont pour la majorite endettes pour vivre au dessus de leurs moyens a coups de cartes de credit... Ceci dit les salaires sont minables !
Ca m'etonne que tu vois le Grec fourmi, c'est vraiment inedit pour moi ;)
Bises

Marc a dit…

Je ne sais pas si les Grecs sont cigales ou fourmis. En ce moment ça ressemble surtout à une anarchie violente.

Anonyme a dit…

Le centre d'Athènes ressemble à une ville bombardée. C'est désolant ! mais c'est encore plus désolant que de voir que la vie d'un enfant n'a pas été pesée.

Pour le côté cigale ou fourmi, allez donc voir du côté du peuple, de la classe moyenne. Ceux là essayent d'épargner !!!

En espérant en des jours meilleurs pour nos amis les Grecs et pour plus qu'aucune mère ne pleure son enfant !!!