samedi 29 novembre 2008

JE MARCHAIS DANS PARIS - JE MARCHE DANS ATHENES



Je marchais dans Paris

Que c'est agréable après tant d'années de retrouver un brin de sa patrie. Il y a un peu de plus de vingt ans, j'aimais marcher dans les rues de Paris, en particulier à pareille époque. Les odeurs, Paris habillé de lumière de Noël, les badeaux attroupés devant les vitrines parisiennes, les parents amusés devant la face de leurs bambins.
Place de l'Opéra, boulevard Haussmann, rue de Rivoli, Le forum des halles, boulevard Sébastopol, station de métro Etienne Marcel...


Vingt ans après, je marche dans Athènes :


L'autre soir,vers 19 heures je marchais depuis la rue Stadiou vers le métro Panepistimiou pour rentrer enfin chez moi lorsque j'ai senti cet air frais m'effleurer le visage, un air froid cinglant qui tout de suite m'a fait pensé à mon pays. Je marchais donc vers le Métro, découvrant petit à petit les vitrines des magasins et leurs décorations de Noël. J'ai eu l'impression de faire un flash-back parisien. J'ai ressenti cette liberté, la facilité à arpenter les avenues du centre de la capitale, je me sentais bien. Que de choses de changées ces dernières années ici.

Lorsque je suis arrivée en Grèce, la grand fête c'était surtout et avant tout Pâques. Noël, même si c'est une fête traditionnelle religieuse, n'avait pas son importance. Noël pour moi était déprimant. J'étais seule, mloin des miens, je cherchais à me faire une place dans une société très traditionnelle, sûre de ses traditions.




A l'époque, mis à part le grand magasin qui était située sur Patission pas très loin de l'université Polytechnique, je ne me rappelle plus de son nom !, nous n'avions pas grand choix. La décoration de Noël ce n'était pas une priorité pour les commerçants. Bien sûr quelques magasins avaient leur propre Père Noël, mais c'était tout, rien de plus.

Depuis quelques années maintenant Athènes est une belle capitale qui sait vivre au rythme de la saison. Athènes a succombé à la société de consommation. Athènes, même si elle est réputée pour la tristesse de son architecture, sait s'habiller de fête.

Alors j'aimerais me faire la porte-parole de cette capitale qui est devenue la mienne. Je vous conseille la rue pietonne Ermou avec ses saltimbanques, ses rues illuminées, ses vitrines fantastiques (les Grecs ont réellement à mon goût un .... pour la décoration). Mais encore l'avenue Panespistimiou avec son magasin Attica et le café Zonars (un des premiers cafés que j'ai testé en 1986 avec mon petit ami grec d'alors que j'ai épousé depuis !).

Puis allez découvrir le quartier populaire qui va de la place Omonia vers la rue Ermou en passant par la place Kotzia, face au bâtiment de la mairie d'Athènes, puis les rues Eolou et Agiou Markou. Vous y trouverez des tas de petits commerçants, pour les bourses qui ne sont pas bien pleines. En passant, le marché d'Athènes : odeurs, vente à la criée, odeurs de café torréfié, les épices étalées et autres menus bricoles...

Pendant les fêtes, derrière le jardin national, l'endroit qu'on appelle Zappeio. Vous y trouverez le café AIGLI, le service y est très soigné, l'ambiance feutrée. En général pendant les fêtes la municipalité y installe une patinoire, ouverte à tous, gratuitement, en plein air.

Ah, une chose que j'oublie ! La veille de Noël vous verrez les enfants sonner aux portes des maisons, dans les magasins, dans les transports en commun et entonner en choeur des chants de Noël ou la veille du Jour de l'An pour la bonne année. J'aime beaucoup cette tradition, même s'ils ont la facheuse tendance de venir sonner trop tôt le matin.
Oui, Athènes peut, au même titre que les autres capitales européennes, être l'endroit de vos rêves pour une escapade à Noël. Vous y serez tellement à l'aise et libéré que vous voudrez y revenir l'été prochain.



1 Ajouter et lire vos commentaires:

Paris-Athènes a dit…

Merci au blog du Forum des Halles de m'avoir cité dans leur sélection du mois de Novembre (www.notre-forum.fr).

Le Forum des Halles c'est plein de souvenirs : les casse-croutes pris sur le pouce entre les cours pris boulevard Sébastopol. Les années 1980, que de souvenirs.