samedi 11 avril 2015

Quand l'Eglise de montre à la hauteur

Cinq minutes pour m'informer ce matin à la veille des fêtes de Pâques ont suffi pour tomber sur cette nouvelle qui a été publiée sur Proto Thema, comme quoi le Primat de Grèce, l'archevêque Ieronymos, mettait à disposition du pays les propriétés de l'Eglise et les revenus disponibles à disposition du pays pour le remboursement de la dette.

Cette initiative, idée personnelle du Primat de Grèce, est une énorme avancée après cinq années d'austérité. Bien évidemment il est précisé qu'il ne s'agit pas de ventes des biens de l'Eglise mais d'exploitation de ces biens afin que le chiffre d'affaires qui sera généré soit utilisé pour le remboursement de la dette, et qu'il n'avait aucun doute que son idée serait appuyé par le synode.

Message fort adressé à la chancelière allemande et au reste de l'Europe. Voilà donc un espoir véritable, une offre charitable de l'Eglise comme il se doit.

A tous des très belles fêtes de Pâques ! Καλό Πάσχα !





4 Ajouter et lire vos commentaires:

morgane a dit…

Bonjour,

Journaliste pour l'émission de reportages et de témoignages CAPITAL Spécial été (M6), je prépare un reportage sur les français du bout du monde : « ILS SE SONT INSTALLES SUR LEURS LIEUX DE VACANCES ».

J’aimerais donc fortement pouvoir rencontrer et réaliser le portrait de Français qui se sont installés à l’autre bout du monde, et qui aimeraient nous faire partager leur expérience.

Je recherche tout particulièrement des Français de tous profils (entrepreneurs, couples, familles, retraités etc …) qui seraient à un tournant de leur aventure humaine (déménagement, nouveau travail, école, séjour à l’hôpital, anniversaire, accueil de la famille, etc …) afin de partager un bout de chemin avec eux !


L’objectif du reportage est de mettre en avant ces Français ayant su réaliser leur rêve, même si l’aventure est parfois loin du cliché idyllique que l’on peut fantasmer. Grâce à ces portraits, nous allons aborder concrètement les avantages et les déconvenues à la fois économiques et humains à s’expatrier à l’autre bout du monde.


Mon cameraman et moi-même nous déplaçons dans le monde entier et nous partagerons un « bout de chemin » avec ces « hirondelles de tous profils.

Dans tous les cas n’hésitez surtout pas à me rappeler afin d’en discuter plus longuement ensemble.

Le reportage étant prévu pour le mois de mai (du 4 au 16 mai), mes délais sont assez courts pour préparer le reportage. J’attends donc de vos nouvelles dès aujourd’hui !!

Bien à vous et à très vite j’espère,

Morgane Wald
JOURNALISTE
CAPITAL (M6)
Tel :06 20 32 56 10
Mail : morgane@soda-presse.fr


Voyage Grèce a dit…

Tous les moyens sont bons pour rembourser la dette visiblement. Et après on va dire que la Grèce ne font pas assez d'efforts...

Nonhybris a dit…

Nous trouvons un peu étrange qu'ils ne se réveillent que maintenant, après 5 ans de crise...encore n'est-ce que de la charité! Il nous semble qu'une imposition de leur biens et revenus serait plus juste et plus démocratique. On les dit à la tête d'un gros patrimoine immobilier. Au sein de l'église orthodoxe grecque nous avons pu observer de modestes et sympathiques popes de villages, des intellectuels savants et sages, mais aussi des moines hystériques et de véritables hommes d'affaires. Leur popularité les rend plus décomplexés que les prêtres catholiques.
Mais ceci n'est que l'impression de "touristes" respectueux des pratiques et des traditions...Ce que nous allons être à nouveau la prochaine quinzaine, à la découverte de quelques Cyclades que nous n'avions pas encore visitées dans la douzaine de voyages précédents. A 77 et 75 ans, ce sera peut-être la dernière fois. C'est une grande joie.

Nonhybris a dit…

Au retour de Grèce, toujours aussi enthousiastes, la tête pleine de paysages magnifiques et de belles rencontres...nous ne savons toujours pas que penser de la crise!
Dans les îles rien n'a changé en apparence : la vie modeste et calme semble perdurer sans drames (contrairement aux villes du nord de la Grèce où nous ressentions réellement le malaise il y a 2 ans).
Nous ne sommes pas restés assez longtemps à Athènes pour nous faire une opinion mais le pessimisme nous a paru moins prononcé.Dans le quartier de Drakou où nous logeons, beaucoup de petite boutiques anciennes et déjà moribondes ont fermé, mais de nouveaux magasins se sont ouverts. Nous avons ainsi découvert 4 ou 5 pâtisseries de luxe sur l'avenue Syngrou...et elles travaillent! Samedi dernier le ferry
qui nous ramenait des Cyclades a croisé, entre Sounion et Le Pirée, un nombre considérable de cabin-cruisers et de voiliers de plaisance qui se dirigeaient vers les îles. Pas tous des touristes étrangers sans doute! S'il y a beaucoup de situations dramatiques et de misère,
il doit y avoir aussi des privilégiés que le fisc grec ferait bien de contraindre à une certaine solidarité.