mardi 3 janvier 2012

2011 c'est notre passé, 2012 est notre dur présent

et 2019, notre avenir...

Pourquoi 2019 ? tout simplement parce qu'avant cette date la Grèce n'aura pas remboursée sa dette.

2011, année qui restera dans toutes les mémoires, que ce soit ici en Grèce, ou ailleurs.
Citons quelques événements qui nous auront marqué en 2011 :
des catastrophes au Japon et son triple malheur (séisme, tsunami et catastrophe nucléaire à Fukushima), en Turquie et en Nouvelle Zélande et ailleurs ;
crise en Grèce et crise de la dette européenne ;
des révoltes avec le printemps arabe ;
des révoltes sociales et le mouvement des indignés ;
la chute de dictateurs ;
la tuerie en Norvège ;
la chute de dictateurs et d'hommes politiques ...

Personnellement, 2011 aura été une année, comme les années 1995-1996 ou 1999 (séisme à Athènes), que j'aimerais bien rayer de ma mémoire.

2012 : Pouvons-nous espérer quelque chose de bon alors que tout part en débandade ?  Cette année, nous le savons bien, même si en silence nous prions et espérons le contraire, sera l'année dédiée aux dizaines de milliers de licenciés, aux retraités qui se sont retrouvés du jour au lendemain sans ressources, ou si peu, aux sans-logis et aux jeunes sans avenir.


2012 - 2019 : Déjà beaucoup font le projet de s'immigrer comme jadis leurs grands-parents car le travail ne leur fait pas peur quoiqu'en disent certains.
D'autres, se projettent vers le retour à la terre de leurs ancêtres afin de se réorienter vers le métier d'agriculteur et d'éleveurs. Ils tournent la tête à la ville au contraire de leurs parents qui pensaient que seule la vie à la ville était socialement parlant une vraie réussite.
Que feront ces jeunes diplômés à la sortie des universités ? rejoindront-ils la génération aux salaires de moins de 600 euros ou s'expatrieront-ils ?

Jusqu'en 2019, pas grand chose à espérer, nous tournerons au ralenti, impuissants devant les résultats d'une politique mondiale incompétente.


Il nous faudra reconstruire cette confiance en ne comptant que sur soi-même car ici bas, n'attendons rien de l'Etat qui n'a rien d'un état providence à côté des autres pays européens qui ne sont d'ailleurs pas en meilleur état.

Paris-Athènes souhaite (malgré tout) une Bonne Année  à tous ses lecteurs. Santé, bonheur, amour et gaité et voeux de réussite personnelle et professionnelle.

5 Ajouter et lire vos commentaires:

MaryAthenes a dit…

Meilleurs voeux a toi et ta famille !
Tenons le coup... Chez nous la crise a parlé et on espère du travail pour 2012... comme tant d'autres... mais on garde le moral, le rire d'un petit homme de 15 mois, ca fait des miracles !

Nikos Dendrinos a dit…

L’Allemagne doit payer à la Grèce ses obligations qui sont impayées longtemps !!!

Signez la demande ici :

http://www.greece.org/blogs/wwii/?page_id=448

En octobre 1940, la Grèce est entraînée dans la Seconde Guerre mondiale suite à l’invasion de son territoire par Mussolini. Pour sauver Mussolini d’une défaite humiliante, Hitler a envahi la Grèce en 1941.

La Grèce est pillée et dévastée pas les Allemands comme aucun autre pays sous leur occupation militaire. La Croix Rouge Internationale a jugé qu’entre 1941 et 1943, au moins 300,000 grecs sont morts de la faim- un résultat direct du pillage de la Grèce par les Allemands. Mussolini s’est plaint à son ministre des affaires étrangères, le Conte Ciano « Les Allemands ont pris des Grecs même leurs lacets de souliers ».

L’Allemagne et l’Italie, en plus de faire la Grèce payer des sommes exorbitantes en dépenses d’occupation, ont obtenu de la Grèce par la force un prêt (un prêt d’occupation) de $3.5 billion. Hitler lui-même a reconnu la nature légale de ce prêt et a donné des ordres pour le commencement du remboursement du prêt. Après la fin de la guerre, la Grèce est accordée $7.1 billion à la Conférence de Paris en 1946, des $14.0 billion demandées, pour les réparations en dommages résultant de la guerre.

L’Italie a remboursé la Grèce de sa part du prêt d’occupation, l’Italie et la Bulgarie ont payé la Grèce les réparations en dommages de guerre, et l’Allemagne a payé les réparations en dommages de guerre à la Pologne en 1956 et à l’ex-Yougoslavie en 1971.

Nous demandons du gouvernement Allemand à honorer ses obligations à la Grèce, qui sont longtemps impayées, en s’acquittant du prêt d’occupation obtenu par la force, et en payant les réparations en dommages de guerre proportionnellement aux dommages matériaux, aux atrocités et au pillage commis par les machines guerrières Allemandes.

SIgnez tous la demande :

http://www.greece.org/blogs/wwii/?page_id=448

Nous vous remercions infiniment!

scalpa a dit…

bonne annee 2012 en direct du piree
2019 tu dis??, alors c'est bon je ne m'inquiete plus, je voyais ca plus loin, genre 2033.....
bises du piree et bon courage

Maigrir a dit…

Espérons que ce sera pour sortir définitivement de cette galère européenne

Paris-Athènes a dit…

Malheureusement les nouvelles ne sont pas bonnes. Les rats quittent le navire (j'ai déjà pas mal utilisé cette expression!). Le chaos à l'assemblée nationale des députés qui se posent des questions, maintenant, sur leur avenir incertain.
Merci à tous pour vos messages.