vendredi 25 janvier 2013

Le chaos à Athènes, la ville paralysée

Black-out total à Athènes

En plus du chaos du aux grèves répétées dans les transports en commun, en particulier du métro, qui pendant 7 jours d'affilés a suivi des grèves de 24h renouvellées, depuis hier ils tombent des trombes d'eau sur Athènes !

Et la pluie qui s'en mêle !
Et la grève continue...

Catastrophe ! les rues sont inondées, les caniveaux bouchés, des files de voitures monstres ont embouteillé la ville...

Et tout ça pour quoi ? non, pas de la faute à la pluie bien sûr ! On ne peut rien faire contre la nature c'est sûr. Contre la bêtise des Hommes, il y a beaucoup à faire par contre ! Personnellement, je suis pour le respect au droit de grève dans toutes ses formes qu'il soit. C'est un droit. C'est une manière de protester. C'est un droit à la revendication, pourquoi pas ? tant qu'il y a une logique.

Aucune exception à la règle !

Dans lequel cas : aucune logique ! Les employés du Métro d'Athènes demandent finalement un passe-partout, une dérogation aux coupes de salaires qui ont touchées tous les fonctionnaires grecs et pas seulement. Ils protestent contre leur intégration dans la grille des salaires du secteur public, qui entraîne pour la plupart une diminution notoire de leur salaires, mais ils ne sont pas les seuls.

Nous pouvons comprendre la détresse de ces familles amputées d'une très forte partie de leur salaire mais il nous faut comprendre que lorsqu'on dit que PERSONNE ne dérogera à la règle, personne ne doit être évincé.
Sinon, pourquoi eux et pas les autres ?
Et pourquoi pas non plus les retraités ?
Ont-ils seulement compris que toutes les couches de la population sont touchées ?
Que nous sommes tous sur le même navire ?

Alors, bloquer les transports en commun pendant plusieurs jours - 8 jours de grèves exactement pour le Metro d'Athènes - sans compter les divers arrêts de travail des autres moyens de transports (bus, tram et trolley...), il faut tout de même un sacré culot pour faire l'innocent face aux usagers !

Dans ce cas précis, je dis oui à la réquisition civile du métro, ou au moins à un service minimum, afin que les usagers ne soient pas pénalisés, car ils le sont lorsqu'ils sont obligés de payer taxi, ou de faire des kilomètres à pied... ou les deux ! et avec le  prix de l'essence, il faut dorénavant y réfléchir à deux fois pour prendre sa voiture.

Résultat de la semaine

Éreintant .... j'aurai du depuis longtemps apprendre à conduire une mobylette !  J'envisagerais bien le vélo mais non seulement j'habite assez loin du centre, et comme Athènes est loin d'être une ville plate, il y beaucoup de montées, alors difficile... en plus les chauffeurs ne sont pas particulièrement attentifs aux deux roues.
Fort heureusement, en début d'après-midi le métro a repris tout doucement du service. Les employés, leur ordre de réquisition en poche, reprennent le chemin de  leur travail.

D'autres grèves sont prévues ce week-end

Il n'empêche que les grèves continuent ce week-end. Les bus et les trolleys seront immobilisés ainsi que les Chemins de fer helléniques, dont le train de banlieue. Seuls le métro et les trolleys seront sur les rails.

P.S. : j'ai payé "pour des prunes", près de 50 euros, une carte mensuelle qui ne m'a servi pratiquement à rien.

Bon week-end !

Photo : Εξαφανίστηκε πάνω από μία βδομάδα πριν!
Εάν έχει κάποιος πληροφορίες, παρακαλούμε να μας στείλει.

mardi 22 janvier 2013

Les taxis jaunes d'Athènes sont vides malgré la grève

Déjà plusieurs jours maintenant que les transports en commun d'Athènes nous jouent un tour.

Le beau métro d'Athènes est en grève depuis déjà la semaine dernière. Ont suivi le train électrique, la ligne historique qui va du Pirée à Kifissia (dite maintenant ligne n°1 verte) qui, avec les trams, trolleys et les bus bleus de la capitale se sont mis tour à tour en arrêt de travail.

En temps normal, c'est à dire de non-crise, les taxis auraient été pris d'assaut par la horde de travailleurs voulant aller au travail ou revenir chez eux. Rien de tout ça ! A la place la ville était jaune, les routes bondées de taxis tout simplement vides ! D'ailleurs depuis plus d'un an, nous voyions des files de taxis attendre les clients aux sorties de métro ou aux points de la ville les plus demandeurs.

Aujourd'hui les stations de bus/trolleys/tram étaient remplis d'usagers dans la quête d'un moyen de transports quelconque mais surtout pas dans l'attente d'un taxi devenu trop cher, même si il reste un moyen de transport bon marché par rapport aux autres villes européennes ! Je n'ai pas vu un bras se lever ce soir héler un taxi. Trop cher ou futile pour l'usager ... La patience est dorénavant de rigueur comme le reste.

Signe des temps ? c'est clair.

Prendre son mal en patience, attendre le bus qui nous rapprochera de chez soi à moindre coût avec tous les avantages et surtout les inconvénients que cela apportent. Proximité, énervement, embouteillage...

Que dire sur le slogan des tranports en commun ? :
"Déplacez-vous économiquement, écologiquement, en sécurité avec les transports urbains"