mardi 27 septembre 2011

Le français à la côte en Grèce dans la publicité

Enn tant que française, cocorico, c'est le moins qu'on puisse dire mais "le français a la côte cette année dans les publicités en Grèce''.

Je dois avouer que les publicités de Cosmote (pour ceux qui loin d'ici ne connaissent pas équivalent d'Orange ou de SFR...) ont tapé haut et fort. En plein boum européen, autour d'une crise qui n'en finit pas, et d'un président Sarkozy qui se démène pour la Grèce, pour le bien des Français et de l'Europe toute entière, la langue française est à son zenith dans les messages publicitaires.

Les pubs de l'été montraient donc l'arrivée de deux jolies touristes en Grèce, sur une île. Vous savez ces îles tant enviées (celles que les Allemands veulent acheter!). Scénario classique, des dizaines de raccoleurs sont là avec leurs pancartes pour attirer des nouveaux clients dans leurs hôtels. Alors que la plupart ne sont pas capables de prononcer un mot de français, voici donc notre "vedette" qui se lance dans une conversation, assez cocasse, à force de mots français pris par ci et par là.

Première vidéo, une réussite : tout le monde connait la publicité et se met à réciter les mots en français balancés par notre vedette : sac voyage, double face ...

 


Deuxième vidéo : nos deux jolies touristes françaises descendent de leur chambre et demande où se trouve la plage : la plage ? la plage, turquoise !


Troisième vidéo : Pool-bar de l'hôtel, notre vedette s'approche de nos deux touristes françaises et s'engage dans une conversation : Paris Saint Germain...

 


Certains diront que ce n'est pas flatteur pour la langue française d'être maltraitée de la sorte dans une publicité. De l'autre, personnellement je pense qu'il vaut mieux qu'on parle de notre langue de cette façon que de ne pas en parler du tout !

Les professeurs de français en Grèce, les associations vous le diront, la lutte pour l'enseignement du français en Grèce est un travail de longue haleine. C'est évident notre type "vedette" a besoin de cours de français ! bon bref, une petite note d'humour dans ces temps gris.

vendredi 23 septembre 2011

En période de crise, tous les moyens sont bons

Les Grecs ont découvert le covoiturage

Après cette semaine où les grèves des transports nous ont un peu perturbé et en raison de la semaine qui s'annonce, il va falloir reconsidérer notre moyen de transport alternatif, la voiture.

Le carpooling qui voit le jour tout doucement en Grèce est une très très bonne idée, qui est apparemment bien entrée dans les moeurs dans les pays autre européens. Personnellement, dans mon entourage professionnel, personne n'habite dans mon coin retiré du nord-ouest d'Athènes.  Aussi, lorsqu'il y a grève, je n'ai aucun autre moyen que de prendre ma petite voiture étant donné que je suis bien trop loin du centre pour y aller à pied (environ 12km). Malheureusement, je ne peux pas partager mon espace. Alors le covoiturrage me semble être une très bonne solution.

Carpooling ou autostop ?

De nombreux Athéniens s'organisent donc via la passerelle Twitter. Avec le signe dièse #carpoolgr ils offrent un transport gratuit à leurs concitoyens. A coups de nombreux tweets ils passent leurs messages à qui veut bien l'entendre et proposent un siège dans leurs véhicules. Il faut bien comprendre qu'ici ce genre d'initiative va prendre du temps à être accepté car je ne m'imagine pas par ex. un Grec s'arrêter devant un abri-bus et de proposer de monter ! A premier abord, cela semble très louche, non ?

Les derniers messages passés sur Twitter ( #carpoolgr) sont assez caractéristiques de l'état d'esprit hellénique :

- un petit rigolo publie :
πάει κανείς από κέντρο προς τα βόρεια (μαρουσοχαλανδροβριλλησια);;; Y a-t-il quelqu'un qui va du centre vers le Nord (maroussohalandrovrilissia) ??? (dixit un condensé de trois villes du nord-est d'Athènes Maroussi, Halandri et Vrilissia)

- un réticent à l'Europe :
παιδιά --> ,πιο Ευρώπη πεθαίνεις
les amis --> , plus Européen tu meurs

- un emballé par l'idée :
σαν ιδέα έχει τέτοιο fun που νομίζω ότι θα ευχόμαστε να έχει πιο συχνά απεργίες στα μμμ.
comme idée tellement "fun", on espère qu'on aura des grèves plus souvent

- un vespapool, cool :
Απο Γαλάτσι-Εξάρχεια στις 21:00 (βεσπα)
de Galatsi à Exarchia à 21h00 (en vespa)

- un dragueur :
cougar αναζητα το επομενο θυμα του :-P Kατα τις 16:30 θα φυγω απο Μοσχατο για Αγ.Παρασκευη Ζητω παρεακι.
Cougar recherche sa prochaine victime :-P Je partirai vers 16h30 de Moschato pour Agia Paraskevi. A la recherche de compagnie.

- un débrouillard qui fait de l'humour :
Τωρα με την καρτα δακτυλιου λεω να κανω το carpooling επαγγελμα
Avec ma carte de libre entrée dans le centre ville, je pense à me reconvertir en carpooler professionnel

vendredi 16 septembre 2011

Quand les autruches releveront la tête en Grèce

La politique de l'autruche vous connaissez ? Bien sûr que vous la connaissez. Pour reprendre les termes d'un dictionnaire en ligne, l'expression  "rappelle la légende selon laquelle les autruches s'enfouissent la tête dans le sable lorsqu'elles ont peur, ce qui leur évite de voir ce qui les menace. "Appliquer la politique de l'autruche" signifie donc que l'on refuse de voir le danger là où il est".

Les Grecs payent la dette, pas ceux du Haut, ceux du Bas.

Je suis fatiguée de lire  tous ses articles de presse les déclarations de type "l'évasion fiscale est un sport national", "les Grecs sont champions de l'évasion fiscale". Bon il y a peut être une part de vérité, c'est clair mais je ne le répéterai jamais assez que les champions de l'évasion sont en général les plus nantis.

Les dernières nouvelles ne sont pas réjouissantes : alors que les fonctionnaires se sont vus amputés de presque 45% de leur salaire, on demande à tous les citoyens de Grèce de vider ses poches (de ce qu'il en reste !) et de payer un impôt supplémentaire de solidarité : 2%, au minimum, sur l'ensemble des émoluments pour l'année. Déjà les enveloppes du fisc sont parvenues dans les foyers avec un paiement obligatoire pour fin septembre ! Les traites ne peuvent pas être étalées à moins de 300 euros.

Quand les autruches relèveront la tête en Grèce

Un deuxième prélèvement cette fois ci sur les factures de l'électricité avec l'avènement d'une nouvelle taxe (en plus des impôts locaux sur la même facture d'ailleurs) sur les biens immobiliers. Il ne fait pas bon être propriétaire aujourd'hui ! Déjà certains indignés appellent au boycott de cette taxe sur l'habitation au risque de se faire couper l'électricité puisque c'est le chantage qui est joué.

Alors les Grecs se posent la question des biens immobiliers de l'église ? Seront-ils, eux, épargnés ? Déjà le Saint Synode à force de communiqué essaye de se justifier en énumérant les impôts qu'ils payent. Faudrait-il les plaindre ???

Alors vous me direz la politique de l'autruche ... mais quel rapport ? Le danger en Grèce est bien palpable. La crise, on est en plein dedans, on la vit au jour le jour. Ailleurs, dans les autres pays européens du Nord, on tente bien de présenter un pays hors norme et un peuple irresponsable, mais ne refusez-vous pas de voir le danger où il est ? pas seulement hors de nos frontières...

A lire sur mon blog :
La semaine de 40 heures pour les fonctionnaires grecs