vendredi 31 décembre 2010

On oublie 2010, on accueille 2011

Aujourd'hui c'est le dernier jour de l'année. Année 2010, année qui restera très certainement ancrée dans les souvenirs, pour sûr. Année sentence, année vengeance, année où les pendules sont remises à l'heure.

31 décembre 2010.

On l'aura, cette année, une fois n'est pas coutume, terminée en "beauté" si on peut le dire. Malheureusement, la Grèce est apparemment encore une fois à la une par cet acte terroriste d'hier matin qui n'a heureusement fait de victimes.

Demain, nous entamons une nouvelle décennie. Pouvons-nous nous permettre, demain, d'espérer ? L'espoir fait vivre dit-on. Espérons donc !

2010, donc l'année des petits espoirs et des grandes émotions.
- n'oublions la condamnation à mort par lapidation de l'iranienne Sakineh qui est une honte pour l'humanité entière. Restons alertes et ne pas oublier que quelque part, ici et ailleurs, des femmes souffrent.
- la crise économique dont nous sommes en train de vivre au quotidien
- les moments d'espoir quand les mineurs ont été libérés après des jours enterrés sous terre au Pérou
- la mode des macarons et des cups cakes

Bonne année donc à tous en donnant la priorité à la santé, au bonheur et à la fraternité.

Demain, 1er janvier, année de toutes les résolutions, patience... 

lundi 27 décembre 2010

Jacqueline de Romilly, la nationalité de la connaissance

Qui n'aura été plus Héllène que Jacqueline de Romilly ? Qui n'aura été plus apte à accéder à la nationalité helléne qu'elle ? Elle n'a pas gagné la nationalité hellène de façon fortuite... Elle l'a mérité, vraiment.

Plus d'un demi siècle consacré aux Lettres grecques, "après avoir été la première femme professeur au Collège de France, Jacqueline de Romilly a été la première femme membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1975) et a présidé cette Académie pour l’année 1987. Elue à l'Académie française en en 1988, elle est membre correspondant, ou étranger, de diverses académies et docteur honoris causa de nombreuses universités ; elle a reçu, en 1995, la nationalité grecque et elle est devenue en 2000 Ambassadrice de l'Hellénisme.

Cette grande Dame, Immortelle, s'est éteinte mais pour la Grèce et les Grecs, pour le monde, "ζεί" (elle vit).