samedi 31 juillet 2010

JUILLET, IDEAL POUR LES VACANCES (GRECE)

J'ai toujours été une fan des vacances en juillet en Grèce. Tout d'abord pour des raisons financières, les prix étant fondamentalement bas, du début du mois jusqu'au 20 juillet, mais aussi pour les services rendus, que ce soit dans les hôtels ou dans les tavernes.

En 2010, encore plus que les années précédentes, en raison de cette crise économique sans précédent, le tourisme est latent en attente de la période cruciale 20/7 - 15/8, qui est le pic de la saison touristique.

Déjà depuis six mois à Athènes, j'avais constaté que nombre de magasins se fermait les uns après les autres. Dans les stations balnéaires, la crise se fait elle aussi sentir malheureusement.

Cette année, après un décompte de nos finances, nous avons jeté notre dévolu sur l'île de Zakynthos. Une des 7 îles, la plus méridionale, de la mer Ionienne.

Depuis Athènes, direction Kyllini (entre Patras et Pyrgos) dans le Péloponnèse.
Nous embarquons donc à Kyllini sur le "Dionyssios Solomos" du nom de l'un des célèbres hommes de lettres de l'île.

Kyllini, port d'embarquation


Une heure de ferry-boat et nous voici arrivés sur l'île "Caretta caretta", Zakynthos comme l'appellent les Grecs ou Zante (si vous voulez son nom francisé).


Zakynthos - Zante

vendredi 30 juillet 2010

SILENCE, EN GRECE ON FLANCHE

Quel silence !!! Encore une fois je me suis exemptée de faire des commentaires. Mon dernier billet date de mai 2010. Le temps est passé si vite, entre le travail, la maison et l'actualité.

Travail et maison, ça passe encore. Satisfaisant, je dirais.

Pour l'actualité, alors que j'aurais eu des tas de choses à dire, j'ai préféré me taire. Me taire pour réfléchir sur ce que j'aurais pu écrire. Comme le dit ce proverbe arabe : "Si ce que tu as à dire n'est pas plus beau que le silence, alors tais-toi !".

Alors je me suis tue.

Que dire devant cette misère qui s'annonce en Grèce ? Le plus dur reste à faire. Maintenant, c'est l'été. De nombreux foyers ont encore des réserves, mais en auront-ils pour l'hiver ? La rentrée s'annonce difficile. Le chômage monte en flêche, les lois du travail sont tronquées pour le bien du pays disent-ils...

Attendons donc de voir ce que l'avenir nous réserve. Une chose est sûre, pour vivre heureux, vivons unis. Réapprenons à penser à nos réels besoins, oublions le superflu.