dimanche 1 juin 2008

VIVRE EN GRECE : LA VIE EST CHERE EN GRECE

Finie la Grèce bon marché des années 90 !

Il y a une vingtaine d'années venir de France ou d'un autre pays européen pour des vacances au soleil, c'était vraiment le paradis. Pour une semaine en France, vous pouviez passer 3 semaines en Grèce. L'avion était relativement bon marché, les hôtels également et ne parlons pas des restaurants et tavernes.

La génération aux 700 euros

Malheureusement pour tous et en particulier pour le ménages grecs avec le SMIC aux alentours des 700€, la vie est dure.

Des repères :
- logement : entre 300 et 400€ dans des quartiers dit "bons marchés", ouvriers du nord-ouest d'Athènes. Les prix peuvent aller du simple au double lorsque vous abordez des quartiers comme Halandri, Fillothei et autres quartiers du nord-est d'Athènes. Le centre d'Athènes autour d'Omonia, de la rue Liossion, vers Patissia sont beaucoup moins chers mais peu recommandés, en général habités par des immigrés d'Albanie, Roumanie, pays de l'ancien bloc.
Les charges d'immeubles : entre 50 et 70€

Les factures de téléphones, eau, électricité : prévoir entre 80 et 100€

Connexion internet : jusqu'à 30€ - Heureusement dernièrement certains prestataires ont des offres alléchantes dans les 30€ (téléphones illimités en Grèce et parfois sur certaines destinations européennes, et internet ADSL selon les prestataires des appels jusqu'à 60mn vers des téléphones portables locaux).

- Nourriture : Il est de plus en plus dur pour la ménagère de remplir son frigo. Il faut compter pour une famille de 4 personnes en moyenne 150€ par semaine pour les besoins de la famille en nourriture (besoins quotidiens en lait, pain, hebdomadaires en viande, poissons, légumes et fruits).

Prix au kg relevés sur un marché du nord-ouest d'Athènes :
pommes de terre : 0,60
tomates de saison : 1,70
haricots verts de saison : entre 2 et 4,50
botte de persil : 0,50 (la botte) - plus ou moins les memes tarifs pour les oignons frais, menthe, aneth ...
cerises de saison : entre 2,50 et 5€/kg
fraises de saison : entre 2,50 et 5€/kg


Passons à la viande :
Si vous voulez manger du veau (du vrai veau hollandais) : 12,50 dans un supermarché le kg
La moins chère des viandes reste le porc ou encore le poulet.

Du poisson :
Daurades locales : 5 à 8€ kg
Anchois frais : 3,50/kg
Sardines : 4€/kg

Les produits de première nécessité :
lait frais : 1,35/litre
pain frais (500gr) : 0,60

De manière générale, la vie est beaucoup plus chère je pense en France qu'en Grèce. Les produits de saison cette année ont atteint des limites impensables. Les retraités, au petites rentes, ne s'en sortent pas.
Les supermarchés depuis quelques semaines sont désertés, les chariots ne se remplissent plus. L'euro comme dans la plupart des pays européens, dont la France et la Grèce, ont déclenché une flambée des prix.

L'association grecque de défense des consommateurs appelle à un boycottage des produits de première nécessité comme le lait. Ces temps dernier une grande chaine de supermarché n'a pas hésité à faire de la pub sur la possibilité de choisir entre trois catégories de produits divers :
- bon marché
- très bon marché
- très très bon marché
Comme qui dirait des produits pour les riches, les pauvres et les oubliés de la société !

Personnellement j'ai été non seulement choquée par le choix de cette publicité mais dégouttée par l'exploitation de la misère qui touche les plus faibles en Grèce : Les retraités et la génération aux 700 euros.
D'ailleurs, juste pour l'anecdote, je suis passée l'autre jour par l'un des supermarchés suscité; en plein coeur de Kolonaki, à Athènes (le 16ème athénien). A la caisse centrale une dame "comme il faut" se plaignait de ne pas trouver depuis plusieurs jours le moins cher des laits pour qui le supermarché faisait sa pub dans tous les grands quotidiens de Grèce. Un simple subterfuge pour attirer la clientèle !

Ne soyons pas dupes ! A quoi s'attendre de la part de ces multinationales, qui comme des sangsues boit le sang des oubliés de la société.


Quant au tourisme en Grèce il va en dégringolade ! Il n'est pas rare maintenant que les Grecs se tournent vers des vacances à l'étranger alors que le Grec a toujours préféré contrairement aux Européens du Nord passer des vacances dans son propre pays. Son comportement change également, il part en vacances en général une semaine, au plus une dizaine de jours, et ce une fois par an !

J'aimerais pouvoir aborder dans un prochain billet l'éducation en Grèce, encore une exploitation dans toute sa puissance.

D'ici là, résistons !